Moratti, retour au centre du jeu

Moratti, le nom est lié à l’histoire moderne de Milan : de l’économie à la politique. Alors, la nomination début janvier de Letizia Brichetto Arnaboldi Moratti comme assesseur au Welfare et vice-présidente de la Région Lombardie, en remplacement à la fois de Giulio Gallera et Fabrizio Sala n’a pas laissé indifférent. Un retour au centre du jeu, à 71 ans, pour cette femme d’affaires et politique aux nombreuses vies. Veuve de Gian Marco Moratti, homme d’affaires dans le pétrole avec la société familiale Saras (fondée par Angelo Moratti) et aussi belle-sœur de Massimo Moratti, ancien président de l’Inter et de son épouse Milly Moratti, devenue une adversaire politique…

Car Letizia Moratti – contrairement à Milly de centre-gauche – est encore aujourd’hui liée à Forza Italia et à Silvio Berlusconi, dont elle fut la ministre de l’instruction, de l’université et de la recherche de 2001 à 2006 avant de devenir la première femme maire de Milan (2006-2010). Dans sa carrière entrepreneuriale entamée à 25 ans en fondant la Gpa, société de courtage d’assurance, cette Milanaise de naissance fut aussi la première présidente de la Rai (1994-1996).

Ce retour en politique au sortir des fêtes a surpris, après 9 ans de retrait. Son mandat dans la capitale lombarde fut marqué l’attribution de l’Expo universelle de 2015, le lancement des projets City Life ou Porta Nuova mais aussi par des polémiques allant jusqu’à la case justice avec les maisons populaires et surtout une enquête pour abus de pouvoir en raison de pratiques « les conseils en or » mises en œuvre durant sa première année de mandat. Moratti fut accusée d’avoir conduit à la retraite plusieurs salariés de la commune pour nommer de nouvelles personnes et d’avoir confié les missions à de nombreux consultants extérieurs, une soixantaine, dont 11 étaient considérés comme suspects. Elle fut condamnée en 2017 (et son recours rejeté).

Battue en 2011 par Pisapia après une campagne électorale tendue, elle s’installa dans l’opposition moins d’un an avant de démissionner du conseil municipal et de laisser la politique.  

Elle était retournée aux affaires auprès d’UBI Banca comme présidente du conseil de gestion (2016-2019) puis présidente, gérant la fusion avec Intesa San Paolo (2019-2020). Avant de partir. Et revenir dans l’arène, donc. Son nom était revenu dans l’actualité juste avant sa nomination à la Région à cause de son rôle dans le soutien de la communauté controversée de San Patrignano, racontée dans la docu-serie de Netflix Sanpa.

Fontana dans son ombre ?

En deux mois, elle a déjà démontré qu’elle n’avait pas perdu la main, au point d’éclipser parfois Attilo Fontana (Lega), le président de la Région qui est en première ligne depuis un an avec quelques couacs dans sa gestion de la crise sanitaire. Certains voient même en cette nomination en pleine tempête une passation de pouvoir progressive à deux ans des élections régionales.

Si elle est décrite comme peu présente à palazzo Lombardia, elle s’est entourée de fidèles comme son super-consultant à la pandémie Guido Bertolaso. Et comme à son habitude, elle occupe le terrain médiatique, annonçant les choix de la région, défendant le plan de vaccination, et en offrant des gaffes. La priorité à donner dans les vaccinations en fonction du PIB régional (ce qu’elle a démenti malgré un enregistrement) ou « il n’y a pas de hâte », quand les plus de 80 ans ne parvenaient pas à s’inscrire au portail régional des vaccins.

Après une année de crise et un duo Fontana-Gallera souvent pris à défaut, le rôle de Letizia Moratti sera scruté et sans doute déterminant alors que la Lombardie, après une amélioration et un allégement des contraintes, subit une nouvelle vague avec la variante anglaise qui met la pression sur le système de santé et remplit les thérapies intensives. Si, c’è fretta.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s