Décembre est arrivé à Milan, silencieux…

2020 est sur le point de se fermer et Milan prépare les fêtes presque comme si de rien n’était, avec les rues illuminées. Comme chaque année, en attendant la Sant’Ambrogio (le saint patron de la ville, célébré le 7 décembre), les décorations s’installent, les noms des rues s’affichent fièrement au début des guirlandes, les sapins s’allument les uns après les autres. Cette année, retour à la tradition piazza Duomo. Après le cône de 37 mètres Esselunga qui proposait d’entrer dans l’arbre pour voir le Duomo à travers les lumières, un sapin vert « Coca-Cola » (c’est aussi ça le 21e siècle) qui envoie ses ondes lumineuses jusqu’au ciel pour « transmettre l’énergie vive du coeur de Milan ». Des vrais sapins entourent le géant vert et seront replantés après les fêtes. Il sera officiellement inauguré le 8 décembre avec une diffusion online (Coca-Cola s’associe à la banque alimentaire pour offrir des repas aux personnes défavorisées). Un des dix-huit sapins de Milan qui organise « le Noël des arbres ». Bien vu pour une ville ayant annoncé cette année vouloir planter dans sa métropole 3 millions d’arbres d’ici 2030 via son programme Forestami.

La Rinascente.

Oui, Milan regarde toujours vers le futur. Une habitude, qui lui a joué des tours au printemps. 

Milan ne voulait pas s’arrêter (#MilanoNonSiFerma) en février alors que les cas commençaient à se déclarer avec inquiétude. Elle fut obligée en mars, comme le reste du pays. Parce que la Lombardie, le poumon économique de l’Italie, était au coeur de l’épidémie, le premier foyer important de Covid-19 en Europe. Parce que les bruits des ambulances coupaient le souffle et fendaient même les bruits et mouvements du confinement, des files au supermarché, du télé travail avec les enfants à la maison, des recettes de cuisine avec les célébrités sur Instagram et des chants aux fenêtres.

San Babila.

J’ai vu Milan se relever de loin, puis quelques jours de près, avant de m’y installer et d’espérer comme tout le monde une vie normale. Les musées et les théâtres n’ont pas résisté car la deuxième vague est aussi passée par là. Malgré les efforts, il y a eu du relâchement. Les apéritive ont repris, comme les déplacements pour le travail et le plaisir… La vie. Une vie qui s’est à nouveau ralentie en novembre avec une Italie divisée en trois couleurs. Première région en nombre de cas, des thérapies intensives à nouveau sous pression, la Lombardie s’est retrouvée en rouge et Milan avec plus d’un million de travailleurs a concentré toutes les inquiétudes. L’auto-certification était de retour. Mais cette fois, les coiffeurs et les libraires sont restés ouverts. Il a fait beau en novembre. Le brouillard semblait aussi confiné. Les parcs étaient fréquentés mais dans le respect des règles et la courbe a commencé à s’inverser. La région, qui était contre son placement par le gouvernement en zone rouge, a obtenu une réévaluation après trois semaines.

Via della Spiga

Décembre s’ouvre en orange. Les commercent ont rouvert, en attendant les bars et les restaurants si la région passe au jaune. Les achats de Noël créent du mouvement. La neige a déposé ses premiers flocons, le 2 décembre, créant une joie infantile en ville. Même si elle n’a pas tenu, elle a provoqué des sourires qu’on devinait à travers les masques et des photos pour partager ce plaisir simple pour se rattacher à un point de normalité d’une fine d’année. A la normalité de la vie.

La lecture d’un texte en dialecte milanais (avec la traduction italienne, je vous rassure), Decèmber d’Amalia Gola-Sola, m’a inspiré. Et cette phrase : « E decèmber l’è vegnuu silenzios, pian in la nòcc; cont la nev l’ha tucc sconduu » (1) 

J’adore Dior, qui illumine la via Monte Napoleone.

J’ai fait un long tour ce mercredi à travers les décorations de Noël qui éclairent une ville tombée dans la nuit avant 17 heures. Pour la cinquième année de suite, je vois Milan en période festive. Pour la première fois, je la vis. Si les panetonne sont partout (et délicieux), il manque un ingrédient pour retrouver la douceur de vivre milanaise qui rend ces journées sombres et brumeuses si agréables. Comme le café, le bonheur semble à emporter chez soi. Alors, après le Duomo, Spiga, Brera et Porta Nuova (qui n’était pas encore décoré), je suis rentré en passant par le Parco Sempione. J’ai ouvert les yeux et chassé ces « mais » d’un long souffle. Je me suis même arrêté pour regarder les photos du tour sur le téléphone, malgré le froid qui attaquait mes mains. Que tu es belle Milano.

La rue Solferino, dans le quartier Brera.

Habitué d’y changer d’année, je passerai aussi Noël à Milan pour la première fois. Je ne sais pas à quoi m’attendre. Qu’importe car « je n’ai jamais rencontré de peuple qui convienne si bien à mon âme » pour citer le plus milanais des écrivains français.

Il n’y aura pas de déplacement entre les régions, pas de vacances au ski pour vider les maisons et pas de touristes pour remplir les hôtels. Le Capodanno sera sans spectacle à la Scala ni concert piazza Duomo. Des fêtes silencieuses avec des restrictions par peur d’une troisième vague en janvier et que ce cauchemar se poursuive une année de plus.

Castello Sforzesco.

2021 est sur le point de s’ouvrir et je prépare son arrivée presque comme si de rien n’était. Avec les yeux illuminés. « Ma in decèmber ven Natal, col cappon, e el panatton, e se pensa pù al mal » 

Cé.C, Milano, 2/12/20

(1) Décembre est arrivé, silencieux, doucement dans la nuit, avec la neige il a tout caché.

(2) Mais en décembre vient Noël, avec le chapon, et le panettone et on ne pense plus au mal.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :